Notre camarade associatif et ami António Oneto nous a quitté le 13 juillet dernier.

Notre camarade associatif et ami António Oneto nous a quitté le 13 juillet dernier.
Ancien déserteur de la guerre coloniale, militant politique partidaire puis apartidaire, syndical et associatif, il tenait une place à part dans l’association Mémoire vive / Memória viva.

Avec une biographie qui pourrait contenir 100 vies, il est impossible de rappeler son parcours en quelques lignes. Nous retiendrons son intraitable rage contre la guerre et toutes les armées, son caractère bien trempé, incorruptible et son engagement contre toutes les injustices.
Atteint, entre autres, d’une insuffisance pulmonaire, il n’avait pas hésité à aller manifester avec les gilets jaunes. Très fatigué, il n’avait pas hésité à venir assister au lancement du livre Exils à Quilombo. Toujours présent, un « présent » au sens le plus fort. Intraitable, mais jamais peur de se salir les mains.
Déserteur, il n’a pourtant jamais méprisé ceux qui ont servi de chair à canon, bien au contraire. Pour lui, ils étaient victimes des mêmes maux : la guerre, l’armée.
C’est pour cette raison qu’il s’était imposé en 2001 comme un des leaders du mouvement d’immigrés portugais qui réclamaient leur retraite militaire, l’État portugais ne reconnaissant pas, à l’époque, les anciens conscrits immigrés en France. Ironie de l’histoire, c’est notamment grâce à ce déserteur, déserteur par trois fois comme il aimait souvent le rappeler, que les immigrés portugais ayant été mobilisés pour faire cette sale guerre ont eu gain de cause (tribune en lecture ici sur cette question).
En 2016, il participait au premier débat organisé par Mémoire vive / Memória viva sur la désertion de la guerre coloniale et son lien organique avec l’immigration portugaise en France (débat en écoute ici).

En 2018, il rendait hommage aux soldats portugais morts pour rien dans la guerre 14-18, en déposant une couronne de fleurs dans le cimetière de Richebourg. L’inscription qui disait « Maudite soit la guerre » et la couronne d’œillets rouges sera retirée avant les festivités officielles.
En 2019, il était venu, encore une fois malgré la fatigue et la maladie, intervenir et livrer son expérience lors de l’événement « Refuser le silence », organisé en parallèle de l’Exposition Refuser la guerre coloniale.
Pour ceux qui ont le coffret DVD de José Vieira « Les gens du Salto », nous vous conseillons le visionnage du court-métrage « Un aller sans retour » qui relate son parcours.
L’association rendra hommage à Antonio Oneto à la rentrée. Nous appelons les membres et les sympathisants de l’association à partager des documents, des photographies et des vidéos le concernant.

Pour l’instant, nous manifestons nos sincères condoléances à sa famille, ses proches et ses amis. Les funérailles auront lieu à 16h le 25 juillet à la maison funéraire de Nanterre.